La Ferme St-Ours : une incontournable !

2011-07-22

La Ferme St-Ours : une incontournable !

Jean-Philippe Morin

Les 2 Rives - 12 juillet 2011

À chaque fois qu’on passe sur le chemin des Patriotes à Saint-Ours, on aperçoit une ferme qui a de l’histoire. Serge Lefebvre, Martine Bourgeois et Chantal Bourgeois ont parti l’entreprise en 1993 après que les parents de Martine et Chantal lui ont léguée. Mais c’est depuis les tout débuts que la Ferme Saint-Ours est un gage de succès. Depuis l’acquisition en 1993 – et même avant –, elle n’a cessé d’accumuler les prix et d’étendre son champ d’expertise avec ses 25 employés sur les six sites de production.

Médaille de distinction agronomique de l’Ordre des agronomes du Québec en 2006, excellence agricole du Gala agricole du Bas-Richelieu en 2008, grand bâtisseur lors du Gala du mérite économique cette année et, pour couronner le tout : médaille d’or de l’Ordre national du Mérite agricole l’an dernier, ce qui représente la plus prestigieuse distinction en agriculture au Canada. Bien des prix qui résultent de beaucoup d’efforts par Serge Lefebvre, sa femme Martine Bourgeois et la sœur de Martine, Chantal. «Nous sommes flattés de recevoir de tels prix, ça récompense l’excellence. Pour l’Ordre national du mérite agricole, ça vient des gens du milieu, de nos pairs, c’est valorisant», a mentionné M. Lefebvre lors d’une courte visite à la ferme dimanche. Maintenant qu’ils sont médaillés d’or, les trois actionnaires sont devenus commandeurs du mérite agricole, et ils pourront évaluer des candidatures pour le concours dans les prochaines années. «On compte le faire dès 2012 pour la région de Québec», a-t-il ajouté.

Les produits

Lors de la visite par le représentant des 2 Rives sur les lieux, il a été permis de constater l’impressionnante quantité de poules pondeuses seulement à la Ferme Saint-Ours. Sans compter toutes celles sur les autres sites. «En tout, nous avons 141 000 pondeuses : 14 000 ici sur notre site à Saint-Ours, 35 000 présentement à la ferme de Patriotes, qui pondent des œufs bio – on en aura 40 000 en décembre –, 11 000 en liberté, c’est-à-dire qu’elles sont nourries conventionnellement, et le reste à la ferme Avitech à Ange-Gardien», a noté le propriétaire, qui possède également une érablière et qui vend ses sucres à la ferme directement. Ce nombre est constant depuis les dernières années et leur but est maintenant de se diversifier dans les spécialités, comme les œufs oméga biologiques, une première au Canada. «Lors d’un congrès à Terre-Neuve cette semaine, nous avons même vus nos œufs oméga bio aux Îles Saint-Pierre et Miquelon, un territoire français à Terre-Neuve! C’est plaisant de voir ça», a ajouté l’homme qui siège sur le conseil d’administration de l’exécutif des producteurs d’œufs du Québec et sur celui du Canada également. Les propriétaires possèdent également 700 arpents de terre pour cultiver les grains qui nourrissent leurs poules, dont 470 cultivés bio et 230 en transition qui seront certifiés en 2015.

La Ferme Saint-Ours est également impliquée dans les œufs d’incubation à la ferme Avistar à Saint-Hugues, c’est-à-dire les œufs fertiles de poules et de coqs ensemble servant à faire les poussins qui deviendront des poulets pour les chaînes de restauration. Elle en possède 45 000. «Dans le fond, on a les parents des poulets que les gens vont consommer!», a lancé Martine Bourgeois.

La Ferme Saint-Ours aura son kiosque lors des festivités de Saint-Ours en fête du 15 au 17 juillet prochain. Les gens auront l’occasion de plus en apprendre sur les produits et même les acheter.